VIDEOS

espace

PRESENTATION

Sabîl (en route)

Dans l’empire des sons réside le désir

Le joueur d'oud Ahmad Al Khatib et le percussionniste Youssef Hbeisch nous invitent à les suivre sur un sabîl, un chemin menant vers de mystérieuses contrées, là où naissent de nouvelles impressions. Ils nous mènent vers des lieux empreints de désir et de nostalgie qui palpitent au fond de nous et nous ramènent sans cesse vers des univers particuliers en quête d'expériences inédites.

Mû par le jeu ensorceleur et virtuose de Youssef Hbeisch et la profondeur lyrique du luthiste Ahmad Al Khatib, le duo nous offre la vision d’un avenir musical oriental. Leur jeu est poétique, doux comme une brise, puis vigoureux et inquiet. Et l’album, sur lequel luth et percussions semblent dialoguer, captive de bout en bout.

A partir d’une combinaison complexe des tonalités de l'oud et des percussions, le duo développe un concept poétique consacré aux aspirations non comblées. Insistante, la musique s’infiltre au plus intime de la compréhension de l’être, dans ses émotions, ses espoirs, ses rêves, ses cauchemars.



Ahmad Al Khatib et Youssef Hbeisch improvisent sans recourir à aucun artifice dramatique. Naissant de l'improvisation, leur joie est toujours perceptible, vivifiante et stimulante pour l’auditeur. Avec « Sabîl », le duo palestinien fait converger les éléments constitutifs de chacun de leurs styles propres en une forme commune et novatrice. Ainsi la frontière entre les sons spécifiques au luth ou aux percussions s’estompe. Cette musique-là, n’est donc pas facile à classer…

Elle recèle tout un spectre de couleurs et d’univers sonores divers. Les artistes ont réussi à l'émanciper des sons familiers. De leurs compositions filtre une grande connaissance des formes musicales traditionnelles, classiques et contemporaines. Mais leurs créations réunissent aussi (et donnent à entendre) des rythmes et des mélodies issus d’horizons musicaux variés. Tradition et modernité sont valorisées à parts égales : les musiciens créent des mélodies contemporaines dont les sons légers et délicats convainquent autant que les éléments rythmiques. Le luth assume la part mélodieuse tout en développant sa dynamique propre : sa voix mélancolique erre solitaire et parachève son équilibre au contact du jeu des percussions.

Le duo, qui ne perd pas de vue ses racines musicales orientales, ne manque pas d’interroger simultanément plusieurs univers sonores pour enrichir durablement son travail. L’attachement spirituel d’Ahmad Al Khatib et de Youssef Hbeisch à l’art musical oriental et leur connaissance approfondie de ses subtilités est toujours reconnaissable. Ils développent un regard original sur la musique proche-orientale tout en s’inspirant de thèmes traditionnels pour les intégrer dans leurs créations.  Leur musique choie nos oreilles. Elle est inattendue ; elle surprend notre ouïe. Son essence nous ramène à nos origines, à nos propres racines : elle génère la quiétude, loin des tensions et de l’agitation de la civilisation moderne. Serait-ce là la sagesse orientale ? Elle nous parle, nous touche, nous interpelle… exigeant que nous lui répondions ou l’interrogions à notre tour. Elle raconte des histoires, elle conte.

Dans l’empire des sons réside le désir. Il ne s’agit pas d’un monde extérieur, qu'il faut décrire pour l’appréhender, mais d’un monde dans lequel nous pénétrons puisqu’il abrite les mondes perdus que nous recherchons ou dont nous rêvons. Dans ces mondes commandés par les sons, se cache le désir. Ces sons nous reconnaissent. Ils nous émeuvent agréablement, presque sensuellement.

L’accès au moment musical séduisant est instantané. Alors écoutons et laissons-nous emporter par son charme !

 

Texte de Suleman Taufiq / Traduit de l’allemand par Dorothée Engel / Photo © Alexandre Chevillard